• Stéphane Fayol

Demain je recommence ? Emprunt à Guy Béart par un RH déterminé

Un Jour sans fin, le film d’Harold Ramis a 25 ans, pourtant il y a des jours où en qualité de RH, je me sens dans la peau du héros incarné alors par Bill Murray.



Pourquoi ? Pas un jour sans qu’un article, une chronique, un reportage, un livre n’évoque les mêmes questions depuis des années voir des décennies. Ça pourrait être drôle genre Hibernatus mais le monde change, et vite même voire trop vite . Mais alors pour partie seulement ? Mais alors le rôle #RH lui est un éternel recommencement des mêmes choses ce qui nous vaut la litanie que l’on trouve partout : donner du sens, bienveillance, confiance, engagement, progrès continu, travail en équipe, intelligence émotionnelle, écoute, contribution , autonomie, créativité etc. ( encore des mots toujours des mots, rien que des mots, pourrait chanter Dalida)


N’y a-t-il que sous l’angle des outils que nous soyons réellement capables de progresser, et encore je parle de ceux qui fonctionnent, et pas de certains SIRH qui exaspèrent les salariés par le cumul d’erreurs constatées ou les entretiens annuels creux, dont certains ne sont même pas formalisés et n’ont aucune crédibilité, pour exemple.  


Vous allez penser, pour ceux qui me suivent maintenant avec fidélité ; ça y est, il n’y croit plus à la mission RH , il n’a plus la foi. Du tout !!!!! c’est tout l’inverse . un petit coup de grisou salutaire .


En effet,  face à tout ce qui se passe dans notre Société, il est peut-être temps de s’y mettre vraiment , sincèrement. Il est peut-être temps de cesser (si l’on voit le verre à moitié vide) le développement de consultants qui créent une expertise, à priori, mais qui ne savent plus comment vendre « la marchandise » tellement la DLC est dépassée. Ou qui racontent des inepties, et oui, il y a des mauvais partout). Il est peut-être temps de générer la confiance tellement réclamée mais dans la mesure où une partie significative du temps, on ne tient pas les promesses, ce sont des armées de Calimero que l’on entretient et toujours pas de confiance à l’arrivée.


Et pourtant, on en diffuse des chartes, des engagements, des valeurs etc….  Je ne dis pas que les problématiques n’évoluent pas et qu’il n’est pas sain de se reposer les bonnes questions, bien au contraire . Mais ancrons des fondamentaux !!!!! ; ils sont nécessaires et réclamés à cor et à cri, sinon de la plainte type Calimero, à la défiance on va à la bagarre ….


Ce n’est sûrement pas ce qu’un RH recherche pour son entreprise ; alors (avec une vision du verre à moitié plein), relisons tout ce qui est écrit sur ces sujets majeurs de relations humaines. 


Il n’aura échappé à personne que plusieurs experts ont lancé auprès de lecteurs de blogs RH, de LinkedIn, un concours du meilleur article rédigés sur ces thématiques par des conseils, des professionnels RH. Il est intéressant de suivre cette initiative et de s’en nourrir ; merci André Perret, RH Info et Patrick Bouvard, François Geuze, Patrick Storhaye, Parlons RH et Thomas Chardin, Vincent Berthelot et Michel Barabel, j’espère que je n’oublie personne d’avoir lancé cet exercice.


Merci aussi à tous ces conseils qui sont en vigie pour nous les rappeler. Merci au Magazine Personnel de l’ANDRH qui devrait vraiment quitter le bureau du DRH et être partagé avec les opérationnels tant il y a de bonnes informations. Au magazine de RH et M , aux blogs RH, au Mag RH, notamment il y a des richesses ignorées dans de multiples sources.


Il  faut vraiment être créatifs pour être crus, parce que quand on a failli une première fois, voir une seconde, c’est franchement compliqué de repartir positivement . Mais, allons- y en avant . 


Et  franchement, un jour sans fin façon RH, je serais patron d’entreprise, ça me déprimerait …….

© Stéphane Fayol 2019 - toiledevie.leblog@gmail.com

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook