• Stephane Fayol

Lire confiné c'est voyager en liberté avec :



"La Grâce".


Nous serions sans doute bien inspirés, les uns et les autres de trouver "La Grâce" ou de la grâce, plus modestement à partager pour notre vivre ensemble, à commencer par le vivre en harmonie avec soi. Tant de nos repères fichent le camp, et sont sapés dans leurs fondation, que nous perdons l'essentiel de notre équilibre. Le chemin que l'on fait avec cette lecture est un véritable pèlerinage initiatique à plusieurs facettes.

Une facette se trouve dans la quête de Thibault, l'auteur. Il trouve quelque chose qu'il ne cherchait pas, il touche du doigt de cet essentiel qui le rend riche de sa vie. Il rencontre des branches de salut de son arbre de vie. Belle grimpette.

Une autre facette se trouve dans la puissance de son écriture. Un passage, un mot, il faut lire, relire et les messages se nouent, font leur oeuvre. Ca n'est pas une écriture dite facile, certains pourraient même dire élitiste. Pour moi, elle porte le message à la hauteur où il doit être, c'est un bel exploit d'auteur.

Je pense qu'il y a dans cet ouvrage, dans cette oeuvre, et à l'approche de Noel c'est merveilleux, des cadeaux pour tout le monde. Différents, protéiformes, mais ils ont chacun cet admirable pouvoir de rallumer beaucoup d'étoiles éteintes.


"Nature Humaine"


Alexandre et moi, nous n'avons que peu en commun, a priori. Et pourtant, beaucoup d'images de ma vie me reviennent quand je découvre la sienne. Les mots de Serge Joncour sont vivants, ils grouillent de vie, d'histoires, d'Histoire. Et cette approche de la vie, ces histoires, cette histoire fait souvent, pour ne pas dire tout le temps, écho à la mienne.

Je revis des moments d'enfance, d'adolescence, de jeune adulte. Partagés avec les miens, présents et disparus. Je revois ma région, mon pays.

Dans le paysage décrit par l'auteur, on voit et on entend facilement des cascades d'eau. Les mots de ce livre, sont pour moi des cascades d'émotions. Et je sais, en ayant tourné la dernière page, qu'Alexandre et les siens vont m'accompagner longtemps, longtemps. J'aurais envie de dédicacer à ce livre, le titre de Jean Jacques Goldman "Tu es de ma Famille".


"La Grace", "Nature Humaine", m'ont fait voyager, chacun à leur manière, avec quelque chose de très intime. Je ne peux en les remerciant, que leur souhaiter bonne route, et pourquoi pas de vous rencontrer.

35 vues3 commentaires

© Stéphane Fayol 2019 - toiledevie.leblog@gmail.com

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook