• Stephane Fayol

Ode à Colette et sa clique (le "click and collect" version Covid)


Ah Colette et sa clique ! (Ma traduction approximative en français de "click and collect").


J’ai compris qu’elle existait dans cette phase sombre dans laquelle la Covid nous a fait rentrer. Je ne l’ai toujours pas rencontrée, mais je sais que :


- Grâce à elle, une nouvelle façon de donner de la vie a pu s’installer. De nombreuses personnes ont pu avoir accès à des listes d’envies utiles à leur vie, à leur moral, à leur capacité à envisager la durée sans aller au dénuement extrême. Et donner de la vie, c’est donner de l’horizon.


- Grâce à elle, de nombreux commerçants et prestataires de services ont pu déjouer l’histoire de la "gomme géante" inventée par la pandémie et ses esprits malins, pour rayer de la carte de l’existence des marqueurs de vie, et au contraire permettre d'inventer, et d'inventer.

« Sheila et les B. Dévotions », également dévoués à une cause (comme son nom et ma traduction toujours improbable l’indiquent), avaient fait rêver une génération, dans les facettes lumineuses multicolores et un rythme festif.


Cela semblait léger, facile, voire trop facile, et dédaigné par certains milieux autorisés qui faisaient la fine bouche... Mais le rêve dessine ce fameux horizon et permet de supporter bien des choses, voire même de transformer la réalité car trop oppressante.


« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité », écrivait Saint-Exupéry.

Nous voyons bien comme il avait raison. « Colette et sa clique » ont relevé le gant et ont joué le rôle quasi impossible de ventilateur du temps oppressé, apportant de l’air pour éviter l’étouffement.


« Sancto Subito »... Diraient nos amis Italiens. Ne nous emballons pas, mais on est prêt pour la sanctification de groupe s’il le faut. Il y a tant de bénéfice pour l’humanité à retirer des beaux comportements, des belles initiatives issues du passé ou sorties de nulle part ou presque.


Il paraitrait qu’elle a trouvé ses gènes chez son aïeul Monsieur DRIVE, exclusivement consacré à la grande distribution.


Elle me semble plus généreuse car plus ouverte, moins catégorisée, pour moi qui n’aime pas les cases. Elle n’embarque pas encore tout le monde dans sa mouvance. Elle trouve encore des limites au champ de ses possibles. Comme son cousin qui s’est mis en avant en même temps quasiment, Mr. Télétravail… (ne pas confondre avec Télétubbies).


Ah sacrée équipe, chacun donnant de la vie, du souffle, de l’espoir. Chacun portant ses erreurs, ses balbutiements, une « forme du moment » évolutive telle un Barbapapa, mais permettant à notre pays de renouer avec ce slogan délicieusement ringard des années 70...

En France on n’a toujours pas de pétrole, mais oui, on a des idées, et contrairement à ce que certains médias nous laissent croire, des idées qui font avancer le Schmilblick parce qu’elles sont audacieuses, même si parfois simples et positives.


Alors je dis à Colette (que je rêve de rencontrer), bravo à toute sa clique... Après Noël, il y aura les Rois et Colette pourrait accéder au podium avec la couronne, la course à demain est ouverte. Et toutes les candidatures pleines de sourires sont acceptées.

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout