• Stephane Fayol

Quitter le métier RH, le pourrais-je ?


Quelques éléments de ma réflexion :

Je suis mon fil Linkedin et je tombe sur un post écrit par Loic Fourot et relayé par l’excellent Julien Morisson (cf. ci-dessous) dont je suis les parutions parce qu’elles ont toutes ce que j’aime, c’est-à-dire de la singularité et du caractère, donc le contraire de ce qui me casse les pieds (formule élégante) : langue de bois et mièvrerie.

L’excellente Françoise Sagan, dans son écriture, jouait magnifiquement des mots pour faire défiler des histoires de vies. Ce post m’a immédiatement inspiré ce titre de Françoise : « Bonjour Tristesse ».


Comme vous pourrez le lire, il s’agit d’une lettre écrite par un DRH, aux valeurs proches des miennes, semble-t-il, en tous les cas aux motivations d’engagement dans ce magnifique métier, qui explique sobrement mais de façon percutante pourquoi il renonce à poursuivre cet engagement.

Bien sûr je me dis :

Oh que cette lettre est contrariante pour toute l’intelligentsia qui pérore à longueur de fil réseaux sociaux comme si de rien n’était, genre hors sol.


Bien sûr je me dis :

Oh que cette lettre est du pain béni pour tous les bashing-ovores du métier…




Alors, aux autruches qui me saoulent depuis longtemps, et je ne cesse de le dire et l’écrire, je redis : réfléchissez avant de continuer à dérouler votre business.


Aux sabordeurs permanents, je dis : ne vous réjouissez pas, jamais, tout comme je le fais, Loic n’attaque ce beau métier et ce qu’il doit être ; jamais il ne dit fuyons et laissons la barre aux mains des goujats de la relation interprofessionnelle, institutionnelle ou pas. Non, il dit juste : j’ai beaucoup travaillé, avec force et honneur, j’ai dû faire nombre de compromis dont certains ne sont pas glorieux, et je sens que mon expérience et mon discours mérite de la liberté pour obtenir un résultat, plutôt que ployer sous un système.

Son discours est digne, concret, loin des raccourcis, des horreurs à la Didier Bille. Je comprends que Julien l’ai re-posté, comme d’ailleurs j’aurais pu le faire moi-même. Et je suis heureux qu’avec ce post, il bénéficie à nouveau d’un relai : never forget ce qui est écrit, jamais, parce que c’est le seul moyen de bouger positivement.

Basta

les systèmes qui « affichaient l’humain comme principal asset de leurs valeurs » alors que derrière la vitrine, la tambouille de la cuisine est toute autre.

Basta

les présences figuratives pourtant tant réclamées dans les codirs où le RH dispose de « peau de chagrin à l’agenda ».

Basta

les réunions avec les représentants du personnel incarnant la misère du dialogue social commedia delle arte parce qu’elles sont « avant tout un passage obligé ».

Basta

ce discours affligeant qui sature les medias, relatifs au télétravail, alors qu’il « n’y a pas le temps de repenser les pratiques professionnelles… Parce qu’il a fallu reprendre l’activité au plus vite et comme avant ; pas le temps pour le blabla le business d’abord ».

Basta

le « décalage entre les fausses ambitions affichées pour la fonction RH et un quotidien dévoré par l’opérationnalité et la superficialité… ».

Je suis très ému, en écrivant ces quelques mots pour accompagner ce cri du coeur. Ce métier de RH ça n’est pas une marmite dans laquelle je suis tombé par hasard, c’est un choix d’engagement de vie. Je ne peux l’oublier, et si l’avenir me conduit à prendre la décision de Loic, je sais qu’il sera facile de faire un amalgame, mais j’aurais mes raisons propres tout en ayant clairement vécu une grande part de ce qu’il a écrit. Et ce sera un semi départ…

Car ce métier est constitutif de mon ADN. Ca peut paraitre sot, survendu, mais celles et ceux qui m’ont accompagné jusque-là le savent.


Et j’en suis heureux : stop blabla, n’est ce pas Loic ?

Alors "bonjour tristesse" pour ce beau porte étendard de notre métier qui nous quitte un peu et Moteur, Action et Avenir +++++++ . Il nous faut des RH de qualité, de métier, de profession, de coeur, de courage, d’audace, de créativité et en écrivant cela je pense à tous mes amis engagés qui font un boulot magnifique pour lequel je n’ai qu’admiration.

242 vues

© Stéphane Fayol 2019 - toiledevie.leblog@gmail.com

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook