• Stephane Fayol

Ronronthérapie et autres coronavi-ruses

Mis à jour : avr. 10


Plus d'une décennie durant, ce félin psychologue ne m'a "pas calculé"


Feignant un superbe mépris, affectant de me "chatier" en me snobant, nous avons juste cohabité, à l'exception de perfides taquineries de sa part qui se heurtaient systématiquement au même type de réception de la mienne : celle réservée par l'Adjudant Cruchot à la retraite à Mr et Mme Gerber venus l'approcher dans son camp retranché (pour les jeunes, voir le Gendarme en Ballade).


Je veux bien lui reconnaître un cursus d'études psy, ou une intuition exacerbée, mais elle sentait mes réticences. Il faut dire qu'une enfance asthmatique m'avait fait prendre en horreur les poils de la susdite et de ses congénères, cause allergie. J'avais dès lors, dressé les herses et fermé le pont levis.


Mais voilà, "Mimine" de rien (son surnom), "once upon a time" (ça fait classe ), au sortir de ma petite mort récente, cette "M'achat Hari" a senti la faille, la brèche par laquelle il fallait s'engouffrer. Mes défenses immunitaires se sont effondrées, j'ai été de façon fulgurante chat-runavirusssé.


De cohabitante, elle a fait sa mue pour devenir mon pot de glu personnel. Dois-je être couvert de honte, de pipi (misère, celui du chat beurk) je ne le sais pas. Couvert de poils de cette créature, oui, je le confesse. Dès que moi, je bouge un cheveu, ou un poil - ben oui je m'habitue-, elle rapplique sur moi.

Sa conversation m'est principalement dédiée, je n'y comprends rien, peut être dois je me rapprocher d'un orthophoniste pour l'aider ? Hein ? Oui je sais, je sombre dans le ridicule.


Elle t"chat"Che, elle t"chat"Che, c'est assourdissant. Elle ne boit pas, elle ne fume pas, elle drague un max, mais aussi qu'est ce qu'elle cause.

( merci Michel Audiard). Avec autant de modulations sonores que Céline Dion... oui elle qui a chanté "on ne chat-nge pas..." Si si...


Bref, j'ai succombé, à cet animal dont j'ai compris qu'il s'agissait d'un chat (par nombre de ses attitudes j'avais pensé à un paresseux)...


Chat alors .... je n'en reviens pas. Et on n'est qu'en avril ? Dois-je craindre la Mi-Aou-t (Ray, quelle aventure) ? Je n'ai jamais voulu entonner "moi vouloir être chat"... pourtant je suis envouté.


A suivre, coup sine, par coup sine....

Je ne suis pas encore suffisamment lucide pour être chat-griné (en plus je ne pourrais pas le dire, je suis chat-peauté de près).


SOS présidentiel : chaperlipopette :-)

© Stéphane Fayol 2019 - toiledevie.leblog@gmail.com

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook