• Stephane Fayol

Portrait d'une araignée magique


"Happy birthday to you...." Nous nous connaissons maintenant et je suis certain que vous aurez comme moi, l'image de Lino Ventura et Bernard Blier dans mon film culte les "Tontons Flingueurs" partageant cette formule si chaleureuse, assortie d'un bourre pif mémorable.


En ce qui me concerne, il s'agit de me remémorer une soirée d'exception organisée pour les 200 premiers tirages de mon album de portraits "Quand des araignées magiques rallument mes étoiles".



C'était rue de Rivoli, à l'ArtClub Gallery vers le Louvre. C'était une centaine d'amis, araignées, et autres pris dans ma toile.


C'était un lieu exceptionnel. C'était un bouleversant "Quand on n'a que l'Amour" interprété par mon toujours ami le chanteur Jimmy Bregy. C'était ma découverte d'un tableau chargé d'amour me représentant avec un sourire et un regard chargé d'étoiles : la promesse d'une vie nouvelle. C'était un jet de bulles de bonheur au goût de champagne partagé, agrémenté des délices concoctés par l'adorable Baptiste Renouard, grand Chef cher à mon coeur.


Aujourd'hui, c'est le premier anniversaire de cette soirée de joie. Et sans doute le dernier, que je porterai par écrit. Alors, symboliquement, j'ai décidé de publier un des portraits que j'avais rédigés, auxquels malgré toutes les turpitudes de la vie subies depuis, je ne changerai rien, rien de rien, parce que je ne regrette pas un mot, pas un sentiment.


Il s'agit d'une magnifique jeune femme, une araignée "ée". Tant d'autres auraient pu être choisis tant mes araignées étaient, sont extraordinaires. Je les embrasse fort. Mais j'ai choisi celle-ci parce que son fil m'entoure toujours de très près et que le halo protecteur qu'elle déploie est inouï. Alors, au-delà de mon album, c'est un hommage qu'elle portera.



Ingrid "Experte en communication, relations médias, créatrice d'IZsoGood"



Ingrid, à chaque pensée que j'ai pour toi, j'ai l'image des étincelles que tu as courageusement développées pour acquérir amour, admiration, tant sur le plan personnel où les épreuves ne t'ont pas épargnée, que sur le plan professionnel dans un milieu qui n'est pas réputé tendre.


Mais je sais aussi, que demain, ces étincelles peuvent donner un feu d'artifice. Tu viens d'acquérir les clés de la liberté.


Tu as autant d'énergie et de talents que de boucles brunes superbes dans tes si beaux cheveux. Alors, je ne me fais pas de souci pour que ton avenir soit lumineux, et que tu saches quelles serrures actionner avec ces clés, chèrement acquises.


Ta photographie, et je sais que tu ne t'aimes pas en photo, en dit tellement sur toi. Tu cultives les paradoxes, et le côté volontairement drôle du cliché le montre, en prenant soin de dissimuler la part de toi, qui pour l'instant est encore un peu éparpillée façon puzzle, dirait Audiard, mais qui va vivre pleinement.

Tu aimes la vie, mais la vie avec un V majuscule ; celle qui te permet de mettre toute ton énergie en oeuvre, pour ton bonheur et celui des autres.


Car passer un moment avec toi, qu'il soit en vis à vis ou au téléphone, ou en te lisant, c'est recevoir une avalanche de joie de la part d'une battante rayonnante. C'est comme vivre une cure de luminothérapie.

Tu me pardonneras j'espère, si je me réfugie derrière les mots de Bénabar, mais je pense à toi, particulièrement à nos longs échanges ré-initiés en 2018, je pense à la mélodie de sa chanson "feu de joie".


Oui, tu sais allumer le feu de joie pour ceux que tu aimes. C'est une grande qualité à l'heure où on allume la morosité avec une façon déconcertante. Elles en ont de la chance tes deux petites poulettes.


Aussi, je te dédie ces quelques mots d'une chanson qui te racontent si bien :

"Allumons un feu, Avec ce qui ne va pas, Ce qui nous rend malheureux, Brûlons tout ça, Réduisons en cendre, Les blessures, Réduisons ensemble, Nos fractures. Et ce sera, tu verras, Un feu de joie, Et ce sera, tu verras, Un feu de joie. Pour remplacer les bûches, les reproches crétins, Leurs minables embuches, Crameront bien, Feu d'artifice, Si l'on jette dedans, Amitié factice, Amour décevant, Et ce sera, Tu verras, Un feu de joie..."


Cela fait quelques années, que nous n'avions pas eu l'occasion de nous voir, même si je suivais ta carrière avec attention et tes nombreux succès. Ce qui est magique, c'est que nos retrouvailles ont été d'évidence.

Nous nous sommes immédiatement reconnus. Je me suis tout de suite senti enveloppé par l'énergie de ce feu de joie dont tu m'as fait cadeau : de ce feu de joie, que j'évoque, tu apportes la luminosité, une flamme qui brille même dans la nuit de l'esprit, une chaleur si enveloppante et réconfortante. Tu es directe, franche, parfois tu mords quand tu es blessée, mais pour qui te connait, c'est sans véritable conséquence; c'est la richesse de ton être.


Ton fil à toi, ma petite araignée joyeuse et tonique, ne brûle pas, il réchauffe et consomme les nombreuses agressions de la vie, et tu n'en as jamais manqué malheureusement. On dirait que c'est aussi le lot commun des belles personnes. Je suis heureux que ton fil soit dans ma toile, je me suis rendu compte que j'en ai besoin et que j'en aurai encore besoin...


Tu es belle et rayonnante. Je te dois déjà mon premier fou rire depuis.... C'est juste extraordinaire ce que tu as fait là.

Le rire est une thérapie, j'ai échangé avec le LOL Project, qui le démontre tous les jours dans les hôpitaux. Sans le savoir, tu maitrises la Happiness thérapie, dont on nous rabâche sans cesse qu'elle est un métier.

Et ce qui est merveilleux, c'est que derrière ton énergie, il y a tes doutes, une véritable fragilité, une sensibilité et des blessures dont parfois on ne sait qu'en faire, où on est maladroit pour t'aider et aller dans ton sens. Parce que tu n'es pas non plus à l'aise dans ces situations, tu gères mais avec le souci d'être vite débarrassée c'est contre ta nature.


Je fais un peu boulet pour toi, tu sens mes blocages, mes soucis. Tu fais ton maximum mais n'oublie jamais que je sais donner, je ne sais pas recevoir je suis apprenti en 1ere année.


Ton ébouriffante personnalité te donne une ouverture sur le monde rare que chacun de tes proches doit sentir s'il sait t'écouter vraiment, dont il doit aussi se nourrir. C'est rassurant, apaisant, on a confiance en toi, envie de se consommer dans ton feu de joie.


Voilà, "quelques mots d'amour" comme le chantait Michel Berger, pour souffler avec une infinie douceur sur ces bougies allumées ensemble, le 30 Novembre 2019.



219 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout