• Stephane Fayol

Happy Birthday to me !








Bon, je franchis un cap cette année à l'occasion du 24 Juillet et je m’envoie (non, non pas un « bourre piff ») mais une carte d’anniversaire. Et un jour à l'avance, si si.


Au cas où je n’en reçoive pas d’autre ( ;-) ) .


Et puis vous me connaissez, je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer un truc bizarre avec cette carte, comme un dialogue avec moi-même. C’est assez surréaliste mais tout à fait dans le ton, mon ton…. Bon assez de blablas je me lance :


--------------------------------------------


Mon grand, mon petit (tout dépend de quel point de vue on se place, j’ai voulu ratisser large générationnellement parlant, tant je suis heureux de pouvoir le faire).


Nous voici arrivés au 24 Juillet, date à laquelle tu ajoutes un an calendaire à ton état civil (formule administrative insipide pour éviter de mentionner l’âge réel, chacun aura relevé ma coquetterie et complété comme il convient).


Je suis heureux de pouvoir célébrer ton anniversaire avec ce message (et moi donc, vu que j’ai manqué en 2018 passer de "l’autre côté" et de ne plus rien fêter du tout, vu que la Covid a succédé à cette période idyllique, et vu que chaque jour est devenu pour moi un genre de combat…. – non exhaustif-).


Tu ne cesses de me surprendre, tant tu évolues avec de plus en plus de liberté au fil du temps. (Bon ça n’est pas faux, à chaque nouveau post, je reçois des messages de plus en plus émus/décontenancés de mes amis ; je finis par frémir de ce dont je suis encore capable, mais c’est tellement bon ce frisson… et puis je me rassure mon côté aventurier a des limites, ou pas …)


Tu as fait une si belle carrière avec tant de responsabilités et aujourd’hui, tu sembles avoir tourné la page ! (ben pas eu trop le choix, ma carcasse m’a rappelé quelques évidences, et puis je ne tire que de la fierté et en aucun cas de la vanité de mon chemin parcouru, libre à quiconque de le connaitre ou pas, Ce n'est pas mon essentiel que de casser les pieds "genre" il se la pête grave celui là , c'est ridicule ).


Ferais tu « marche arrière si tu pouvais ? » (si on s’en tient au phénomène des « cases de vie »dans lesquelles on a toujours adoré essayé de me mettre, alors sans doute oui ; si on accepte mon point de vue, évidemment non : le passé sert à savoir d’où je viens mais je suis passionné par là où je vais; tiens, passionné ça c’est un mot de mon passé de mon présent et sans doute de mon futur , un lien quoi … et c'est visible, palpable et je me sens légitime de me l'attribuer).


Ca fait quand même bizarre de te voir en province, élu rural alors que tu étais dirigeant dans de belles et grandes sociétés, reconnu comme pro, avec ton super profil linkedin ! ( hey ? n’exagérons rien non plus sur mon passé, pas de rétroviseur trop flatteur et déformant, tant d'autres ont fait de si belles choses eux aussi.

Et "je n’ai pas changé je suis toujours ce bel étranger "… et si oui, j’ai mis un petit orteil dans un 1er étage du système « politique » que je trouve toujours un tantinet fatigué et fatigant ; eh ben j’assume : j’aime ce pourquoi et ceux pour qui je l’ai fait alors le reste…., je me suis accommodé de tant de choses dans ma vie, je veux encore miser sur l’intelligence de tous mes interlocuteurs pour croire et vouloir un engagement d’intérêt général réussi non ? politique « politicien » moi, mdr visiblement on ne me connait pas bien mais ça c’est pas nouveau)


J’espère que tu es heureux. ( hi hi, disons que je me crée des petits bonheurs, moins mélancoliques que ceux chantés par Félix Leclerc, plus drôles, et de ressentir cela est tellement agréable que malgré les difficultés, j’ai envie à l’instar de Jean Ferrat de dire « que c’est beau, c’est beau la vie »… et j’ai des surprises parce que j’y suis aidé!)


Et je souhaite qu’à l’occasion de cet anniversaire, tu élabores plein de projets d’avenir (alors là, on se rassure, des projets j’en ai. Ils ne ressemblent en rien à ceux d’avant, encore que. Ils sont modestes et ambitieux, réalistes et rêveurs, ils sont nourris par mes amours de vie qui pansent tant de blessures, que je les vois de plus en plus en infirmiers de la « Chambre des officiers » au chevet de ma gueule cassée mais je me dis que beaucoup, à défaut de tout, reste possible. Même de paradoxes en paradoxes…)


J’espère enfin que tu auras de beaux cadeaux, et que cette journée du 24 sera belle. Je t’embrasse (ah les cadeaux ! j’adore ça mais je sais que je suis difficile à surprendre et comme j’ai toujours su donner mais rarement recevoir c’est un challenge à chaque fois cette histoire. Il y a des choses qui me touchent ou me toucheraient le cœur, mais là, je ne suis pas seul à pouvoir rendre possible…

Chaque année je me dis oui ce sera une belle journée mais je me colle une telle pression que je finis par être déçu plus ou moins la faute à moi, juste à moi… je tente d'apprendre à recevoir encore et encore...


Alors cette année, on verra bien et je me dis que j’aurai droit à un rattrapage, l’an prochain. Merci pour ta lettre. Moi aussi je t’embrasse de tout cœur, mon Moi ).


Bon ben voilà j'ai terminé ma carte, mais je ne me dis rien hein, chuuuuut c'est une surprise pour demain ....




59 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout