• Stephane Fayol

Panthéoniser ou mettre à la poubelle : comment se perdre dans la facilité


Nous semblons être des égarés, des addicts au simplisme. Et ce qui est terrible, c’est que même celles et ceux a priori ciblés comme étant l’élite de la pensée et de la réflexion ne se positionnent pas mieux. La crise sanitaire n’a fait que pousser à son paroxysme ce qui m'irrite depuis déjà un certain temps.

Des « génériques » qu’on range dans la case panthéon, à ceux qu’on range dans la case poubelle

L’entre deux, n’existe pas, ou en tous les cas médiatiquement n’a aucune place : l’entre deux, qui pour ce qui relève de certains vins blancs de ma belle région est tellement riche en nuances, n’est là en aucune façon susceptible d’intéresser qui que ce soit.

Et au titre de ce classement cases binaires, on continue à dire et faire des énormités. Cela fait longtemps que nous avons de véritables questions à nous poser sur les politiques de santé, d’éducation, de justice, de police etc. Las, ça fait beaucoup, et il a été préférable de s’en tenir à de la mesurette, du pansement, de l’emplâtre, d’additionner les micros plans tous plus insatisfaisants les uns que les autres, sauf pour éloigner les nuages trop noirs et faire que la foudre ne s’abatte pas.

Du coup, dès qu’un souci se pose, on hystérise : ah la justice est encombrée, oui et les murs de nombres de locaux sont fissurés, il n’y a plus de cartouches d’imprimante à mi mois dans de nombreux tribunaux et j’en passe, dans le ridicule total et en plus on ne comprend plus grand chose à nombre de jugements rendus, ayant l’impression d’une justice aveugle.

Alors on hurle, on défile, on invoque l’enfer, sans toutefois véritablement travailler le sujet en profondeur. Et puis on n‘a qu’à dire que LES magistrats sont nuls, que LES avocats sont trop nombreux et hop case poubelle.

Ah les hôpitaux et la médecine : les pauvres, figurez-vous qu’ils n’ont rien pour travailler ; bon à demi-mot parce que ça n’est plus du tout crédible, on admet qu’il aurait fallu se bouger avant une pandémie. Donc ; comme on admet qu’on a « légèrement sacrifié » le sujet, comme ça ne suffisait pas on panthéonise, on sacre, on applaudit aux balcons, et on médaille. Bon pour le statut, le fonctionnement, la rémunération, faut pas pousser hein, on verra plus tard. Du moment qu’on applaudit en raccourci tout et tout le monde.

Des professions exposées totalement exclues, tandis que d’autres attendent leur sentence

Ah oui, mais du coup, on exclut plein de professions où des personnels se sont exposés, ont pris d’énormes risques, sans formation spécifique , dans l’urgence . Et ça donne des avalanches de protestations/frustrations exprimées à juste titre sur les réseaux sociaux ou dans les autres médias. C’est juste le résultat pathétique de notre position simpliste . On ne se sort pas de l’abime qu’à quelques-uns.

Les DRH continuent à enrichir leur sublime capital antipathie et dès que l’inévitable conséquence des sinistres économiques identifiés mais jusque-là suspendus artificiellement vont tomber, alors là, ils vont se faire écarteler et rejoindre la poubelle, je fais confiance à certains de mes auteurs « favoris » pour nous imaginer quelque chose de bien nauséabond. Et hop, case poubelle.

On a panthéonisé les forces de police lors des attaques terroristes, là on s’est lâché sur le côté fasciste, comprendre hors excès, ils font rien que de m’embêter et hop, poubelle.

Et le Peuple : pareil, on a choisi de le mettre dans la case valeureux combattants qui ont renoncé à tant. Je ne suis pas près d’oublier des fâcheux, des odieux, des méprisants, des irrespectueux de tout qui n’ont cessé de braver le règlement et au-delà ont fait prendre tant de dangers. Et ils n’ont pourtant pas fini de sévir, mais cela fait tellement de bien cette vision « Ile aux enfants », on est si fiers.

Mettre des titres dans une case ou dans l’autre est grotesque et dangereux

Oui, j’ai vu des médecins et des soignants engagés, courageux, exceptionnels et les ai remerciés.

Et ayant en plus été touché dans ma chair, je peux vous dire que ce ne sont pas que des mots.

Et oui, j’ai vu des médecins fanfaronner et se préoccuper d’une notoriété de pacotille dans les médias assoiffés de spectacle, et je n’ai pas applaudi loin de là. Oui, j’en ai vu mal se comporter dans diverses institutions, hôpitaux, ehpad etc, et je n’ai pas applaudi. Et encore moins pu applaudir à titre générique en me disant pour me donner bonne conscience que par l’onction de leur profession ils étaient probablement plus nombreux à être du bon côté.

Navré si je choque, mais je ne comprends pas pourquoi sous couvert d’un titre générique, d’un uniforme, un statut, chacun est merveilleux ou abominable.

Comme je le dis depuis toujours quant aux RH qui ont accompagné ma vie professionnelle, il y a des personnes belles, qui au-delà des mots ont un engagement admirable, et il y en a d’autres qui sont en dessous de tout et qui font honte à mes valeurs. Mais ce sont des personnes, dans des contextes, etc. pas des cases génériques. Bien qu’ils s’appellent de la même façon et que peu ou prou, ils revendiquent la même reconnaissance. Mais il est illusoire, bien que confortable d’accréditer trop facilement cette thèse. Je préfère tellement applaudir Nicolas Bruneteaux qui fut DRH de Velux toutes ces années, ( et qui se retire) à l’image de ses collègues, confrères. Là je sais de quoi je parle, je ne verse pas dans l’hypocrisie confortable et expéditive. Et d’autres noms, j’en ai en tête rassurez-vous.

Et je peux développer mon raisonnement concernant des policiers altruistes, engagés jusqu’à leur vie pour protéger, et d’autres excessivement répugnants. Et pareil pour des magistrats, des avocats. Et les journalistes : hop au panthéon Patrick Cohen (il fut un temps conspué sur Europe 1), pour ses chroniques sérieuses dans C à Vous ; alors qu’il a fait son métier, bien son métier, juste son métier je le jure, pour reprendre la formule consacrée.


Ceux qui passaient leur temps à dire tout et n’importe quoi, à alerter en diffusant le bruit du 1er Ministre enfilant ses chaussures avant ses interventions, hop poubelle.

Et les officiels : on en a vu aux manettes, parfois avec rien, se battre, dans l’anonymat. Ceux qui étaient relayés par les médias dans leurs actions étaient immédiatement suspectés de soigner leur image . Pauvre Papa qui pendant 40 ans a servi la cause publique à une heure où les médias n’avaient pas la même soif et où les moyens de communication ne permettaient même pas aux élus de se poser la question de leur notoriété . S’il avait vu cela. Bref il y a eu des agissants, des absolument inactifs, des profiteurs, des altruistes et on a vu notre case panthéon et poubelle se garnir.

Et des commerçants, j’ai vu des opportunistes et des désorientés totalement, j’ai vu les altruistes ajoutant une dimension de service à la stricte dimension chiffre d’affaires et d’autres râler, râler et enfin râler.

Et le « Peuple » : pareil, on a choisi de le mettre dans la case valeureux combattants qui ont renoncé à tant. Je ne suis pas près d’oublier des fâcheux, des odieux, des méprisants, des irrespectueux de tout qui n’ont cessé de braver le règlement et au-delà ont fait prendre tant de dangers. Et ils n’ont pourtant pas fini de sévir, mais cela fait tellement de bien cette vision « Ile aux enfants », on est si fiers. Mais je n’oublie pas non plus les vidéos de celles et ceux remerciant la France pour ce qu’elle offrait de protection, d’aide, avec des messages de gratitude dépassant leurs petits intérêts.

Bon, je ne prendrai pas le risque d’être exhaustif dans mon descriptif. Ce serait verser dans ce que je ne veux pas.

Et vous en trouverez d’autres que moi pour vous le dire, dans mon métier comme dans tous ces métiers, des gens honnêtes qui ne font pas d’audience, qu’est-ce qu’ils sont pénibles avec leur vision si complexe des choses. Alors qu’un bon coup de raclette générique pour rassembler dans des cases, c’est tellement plus facile.

Et ça présente plein de vertus, ça fait des colonnes avec moins de caractères, plus de gros titres etc., quelle belle vie cauchemardesque.

Honnêteté, simplicité et pas simplisme, intelligence, valeurs humaines, dont le respect sous toutes ses coutures.


Ça en fait des cases, et ça en ferait un beau projet de vie.

Mais à priori, là encore, fidèles à nos traditions, on case : des mesures d’aides sympathiques à court terme, des piles de différés autruchéens, des lois par ci, des lois par là... La vision globale leader du pays, de l’Europe et du Monde ??? Où es-tu ?

Ou est le plan « Marshall 2020 » , le » New deal » sauveur , qui nous enflammera et nous portera par l’espoir, ne nous parlera pas d’une réponse à une liste de courses (qui à n’en pas douter sera infinie) mais de la vision de demain ???

Une telle démarche est-elle engagée ? Je veux dire une démarche hors silos, hors intérêts particuliers, etc., ou on repart après quelques empilages en cases supplémentaires. Sic.

Alors que fait-on ? Case Panthéon, case poubelle ou autrement ? A vous de dire.

Je terminerai cette petite observation par le coup de fouet magistralement lumineux donné à la rituelle et trop sclérosée fête de la Musique, par toutes ces initiatives aux balcons, en live vidéo, etc… d’artistes confirmés, amateurs du pur Bonheur. Pas de panthéon pour eux, juste un clin d’œil sympa et un coup de cœur à celles et ceux ayant parlé à mon cœur. Des personnes, oui, je sais « Encore et Encore, mais c’est que le début ….. »

35 vues

© Stéphane Fayol 2019 - toiledevie.leblog@gmail.com

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook